Archives de Tag: Club de Rome

Après les PS, UMP, FN, Verts et Front de Gauche…

Ne sentez-vous pas ces odeurs de décompositions ?

AU PS, à l’UMP, au FN, chez les Verts, au Front de gauche…, çà pue. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, il y a eu la décomposition du PC, avec ces mêmes relents nauséabonds. « Ils », les politiques, ils devraient se rendre compte et en tirer les conséquences. Mais ils tiennent bon, ils ne se bouchent même pas les narines et ils tentent de concilier ce qui est de plus en plus inconciliables : une perception intime des changements à venir, mais une grande difficulté à traduire, à partager et à rendre compréhensible ces changements. Avec les lignes maginots des partis auxquels ils font allégeance, cela les oblige à mettre en veilleuse ou à contredire leurs perceptions. Au final, on observe l’accélération de la fragmentation des partis, un désintérêt toujours plus forts « des électeurs » envers eux, une transparence accrue des conflits d’intérêts des « élus ».

Et certains de se dire « c’est le moment de créer des nouveaux partis ». Ils le font, mais très vite çà sonne creux. Les mêmes symptômes de pourriture apparaissent rapidement. Personne n’est dupe, les masques ont changé mais derrière ce sont les mêmes…

Ariane Mnouchkine[1] dans ses vœux 2014 nous éclaire de sa perception : « Etre consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout. Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance. L’Etat, en l’occurrence, c’est nous. Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence… ».

Je fais le pari que d’ici deux décennies au plus, les « sorciers de la marmite à partis »  n’auront plus la formule pour prendre le pouvoir et agir au nom de la collectivité. Deux décennies c’est très court vont dire certains, le système devrait tenir un peu plus ?

Mais deux décennies c’est peut-être suffisant pour que les laboratoires dont parle Ariane Mnouchkine apprennent à mieux tisser des liens entre eux et prennent conscience de leur réelle force politique. C’est aussi le temps qu’il resterait avant la bascule et l’effondrement de notre monde de consommation si l’on s’en tient aux prévisions du Club de Rome[2].

Je m’adresse à ceux qui oeuvrent dans ces laboratoires en les exhortant à se donner du temps pour qu’entre eux se créent des interdépendances, nourris d’une connaissance mutuelle, de confiance et d’acceptation de leurs différences… Si l’on veut comme Mnouchkine « que nos enfants aient une oeuvre, faite de mille oeuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants »…, si l’on veut « léguer à nos enfants la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient », il est urgent de « perdre » du temps et de l’argent pour ces laboratoires et la création d’un réseau entre eux. Remettons en cause nos acquis et nos conforts et surtout gare au repli sur soi quand on nous brandit l’épouvantail de la crise. Gare à tous ces mots teintés du vieux système qui se meurt : conservateur, intégriste, sectaire, égoïste, égalitariste… Gare aussi à ces faux mots d’avenir : progressiste, moderne, libéral, libertaire, geek, … Et autre « branchitude »…

Il ne nous reste que peu de temps pour répondre présent avant la débâcle annoncée par le Club de Rome et les minorités oubliées.

[1] Ariane Mnouchkine vœux 2014 http://www.mediapart.fr/journal/france/311213/les-voeuxd-

[2] Club de Rome puis Graham Turner (lire surtout ce qui concerne Graham Turner qui a eu l’idée de confronter les données historiques de 1970 à 2000 avec 3 évolutions simulées par le modèle créé par le club de Rome en 1970) http://www.manicore.com/documentation/club_rome.html