Archives de Tag: Badiou

Le vieil Obs’

Depuis longtemps, je suis abonné au nouvel Observateur. Et depuis longtemps, les pages qui font encore sens se réduisent comme peau de chagrin. Il reste quelques valeurs sures, originales, vraiment nouvelles, comme souvent l’éditorial de Jean Claude Guillebaud. On trouve aussi parfois quelques débats au parfum éclectique et qui nous poussent à penser. Enfin, le sujet du moyen orient est souvent traité par des prises de positions claires et engagées. Et après…

L’orient (sans le moyen) est quasi absent, sauf si l’actualité officielle de masse en parle. L’écologie n’existe qu’à travers les frasques de ceux qui l’ont mise en parti. La spiritualité y est interdite, laïcité oblige, ou qu’à travers ses ismes… Et c’est dans les dossiers qu’on se rend le plus compte que le nouvel Observateur est devenu le Vieil Obs. Vieil Obs n’étant pas ici synonyme de sagesse et d’expériences mais l’inverse, quand l’âge rend recroquevillé, replié, protectionniste, soucieux de garder des habitudes et des conforts.

Prenons par exemple, le dossier sur « les penseurs qui comptent ». E Aeschimann nous prévient (heureusement) que la liste des penseurs n’est pas exhaustive, qu’il a fallu faire un choix guidé pour faire apparaître du nouveau, que c’est un instantané. D’après lui, il n’y aurait pas de penseurs vivants pour incarner la question écologique ce que bien sur je ne partage pas. Et à part faire une fiche analytique de chacun des « 25 penseurs qui comptent » et les départager en 3 catégories, quel est l’apport du vieil obs ? Quel est sa position concernant une Butler, un Gauchet, un Badiou, un Habermas ? C’est quoi leurs différences de fond ? En quoi leurs pensées se complètent, s’opposent ou se différencient ? Quelle vision globale, quelle synthèse trouve t’on dans ce dossier ?

Il y a une introduction du sujet par le philosophe canadien Charles Taylor qui d’entrée de jeu nous prévient « Avant, l’intellectuel se voyait doté d’une vision globale. Aujourd’hui, il n’y a plus que des savoirs partiels… Comme la foi au progrès infini se perd, l’avenir serait bouché et avec la possibilité d’avoir une vision globale ». Je rajoute alors « donc ne vous fatiguez pas, vous n’arriverez pas à tout voir et comprendre, vous êtes condamnés à une vision partielle ». C’est certain qu’il y a et il y aura toujours quelque chose qui nous échappe mais l’avenir est-il bouché avec la mort de la foi au progrès ? Ne faut-il pas continuellement chercher à faire des ponts, des liens pour donner sens, bâtir une vision globale, même si l’on sait que continuellement cette vision est remise en cause, surtout dans les temps de transition ?

N’y a t-il pas d’autres voies possibles et l’écologie n’est-elle pas un des aspects majeurs de ces nouvelles voies ?

Pauvre Vieil Obs… Peut-être tu t’es trop rapproché des partisans de l’immobilisme, des vaincus de l’esprit, des avides aveugles et ivres de corruption. Depuis quelques mois, tes actionnaires rapaces t’ont imposé leur pitance que tu as bien nommé « Obsession ». Et petit à petit le poison obsession s’insinue dans tes veines. As tu remarqué dans ton dernier dossier sur « New York, capitale du futur » ??? (c’est le titre), ton bel article sur JayZ et Beyoncé qui, dis tu, transforment tout ce qu’ils touchent en dollar. Ah les beaux modèles que tu nous sers. Humm, comme c’est fun…

Vieil Obs, dis moi, New York c’est vraiment la capitale du futur ou celle d’un monde qui se meurt ? Venues du même pays, t’es tu intéressé aux conférences TED par exemple ? (conférences visionnées 1 million de fois par jour dans le monde) . N’est-ce pas la vie qui jaillit comme une source resurgit ?

Vieil Obs, ne pourrais-tu pas t’intéresser un peu plus aux mouvements de la société civile comme Colibris, le Collectif Roosevelt, J’agis pour la nature, Avaaz ? et tant d’autres, plutôt que tes sempiternels gauche / droite et leurs macabres représentants ?

Je t’ai bien critiqué Nouvel Observateur / Viel Obs… Pour ne pas en rester là, je vais tenter, aidé par quelques lectures, de faire connaître quelques idées. De celles qui pourraient apporter une vision globale de notre situation. Je n’ai pas la prétention d’arriver à La Vision Globale, mais d’y contribuer, m’y atteler. En espérant que d’autres, bien mieux placés que moi pour cela, fassent échos. Je suis convaincu qu’il existe un chemin de la pensée en rapport avec le sens de l’histoire. Parti pris vont rétorquer certains. On s’éloigne de toute globalité. A voir, l’histoire fera office de juge.

Publicités